Les voisins solidaires

Portraits

Claire Servian.JPG

Portrait de Claire SERVIAN

En 2008, alors que ma famille venait d'emménager dans un joli petit appartement avec terrasse, dans une modeste copropriété où tous les habitants étaient nouveaux-venus, un violent orage de nuit nous a réveillés, l'eau coulait sur la tête d'un de mes fils. Des voisins appelaient dans la cour, le digicode avait disjoncté (il n'a jamais été réparé depuis...). L'eau avait envahi mon logement et les voisins à qui nous avions ouvert la porte sont remontés avec des serpillères et de l'alcool fort pour que nous nous remettions de nos émotions. L'eau entrait partout dans nos bâtiments et nous avions tous déboursé de jolies sommes pour acheter nos logements. Nous nous sommes groupés pour nous retourner contre notre vendeur, professionnel indélicat dont nous avons obtenu qu'il fasse une remise en état complète des toitures et de certaines anomalies repérées grâce à une expertise.  Nous avons fait connaissance et avons organisé des pots de voisins dans notre petite cour dès les premières fêtes de voisins. Nous avons ouvert la porte à d'autres gens du quartier, Tony le marchand de vêtements d'en face est venu avec du ti-punch et d'autres pots ont eu lieu chez d'autres voisins. Les enfants étaient invités dans la maison du voisin et Victor est même parti passer un dimanche chez Bertrand et Irène dans leur maison de Marquenterre. Il faut dire qu'Arnaud de notre copro est un peu le chef du village, tutoyant tout le monde, il facilite par sa gentillesse et sa simplicité les rapports humains. C'est devenu une aventure collective, nous nous entraidons, pour tout et rien. Michèle ma voisine chanteuse de variété m'envoie des annonces pour que je fasse ma reconversion dans l'administration artistique, Bernadette qui vit seule dans son grand studio sous les toits fait le ménage de la copro tous les vendredis et on passe des heures à discuter dans notre cour fleurie par les soins et les bonnes volontés: Michèle, les noyaux d'avocat, Arnaud, la passiflore, moi, j'achète des petites fleurs pas chères et je les plante à la saison. Nous avons fini par nous regrouper en syndic bénévole, Arnaud est syndic et je l'assiste dans l'administration, je gère les urgences et dès qu'on repère une fuite, je trouve un plombier aussi vite que possible. Comme nous avons quelques locataires, je me fais un devoir de les accueillir dès que je les vois, je ne suis pas toujours mal accueillie...Dernièrement mon compagnon a supprimé une barre de seuil chez une jeune femme qui n'osait pas fermer sa porte, tant cette opération était bruyante. Je l'ai beaucoup remerciée, ouvrir sa porte n'est pas si facile, les gens se méfient de tout à cause de ces faits divers que le 20h met en avant. J'ai résolu le problème, pas de télé, plus de sociabilité. La gestion d'une copro est un petit travail, mais nous économisons 50% de charges et nous surveillons de près tous les menus problèmes. Dernièrement, j'ai créé une association de riverains pour combattre les nuisances créées par des activités professionnelles et la collecte précoce des ordures. Le 18 octobre, j'ai organisé un pot de l'association qui nous a permis de recueillir de nouvelles adhésions, et de parler dans une ambiance festive de sujets graves, très graves, dont nous avons depuis parlé avec le Maire de Vincennes, Laurent Lafon qui nous a écoutés et nous a aidés à organiser une réunion de concertation entre personnes concernées. Rue de l'Eglise, le voisinage solidaire est une réalité qui offre une grande diversité.